Business Addict

Un travail de pédagogie à conduire auprès des salariés

Mais c’est le dessin lui-même, ou tout au moins une moitié du dessin, qui est à refaire.Sous ces joies et ces tristesses qui peuvent à la rigueur se traduire en paroles, ils saisiront quelque chose qui n’a plus rien de commun avec la parole, certains rythmes de vie et de respiration qui sont plus intérieurs à l’homme que ses sentiments les plus intérieurs, étant la loi vivante, variable avec chaque personne, de sa dépression et de son exaltation, de ses regrets et de ses espérances.Attali qui était d’ailleurs présent dés hier, invité à parler aujourd’hui du développement de l’Afrique.Maintenant c’est Dieu qui agit par elle, en elle : l’union est totale, et par conséquent définitive.Un sentiment corroboré par les dernières prévisions du FMI, revues en baisse de 3,8% à 3,5% pour une année 2015 perçue comme imprévisible.Simplement pour se débarrasser d’un adversaire gênant.Dans ce contexte le soutien de Arnaud de Lummen fut déterminant pour le succès de l’opération.Nous sous-estimons des questions comme celle du dialogue social, du consentement à l’impôt, de la précarité, de l’importance de l’équité ou du rôle de l’école qui devrait nous préparer à vivre.Si les éléments du remords ou de la joie intérieure, provenant ainsi de la sensibilité, sont généralement variables, il en est un cependant qui présente une certaine fixité et qui peut exister chez tous les esprits élevés : nous voulons parler de cette satisfaction qu’éprouve toujours un individu à se sentir classé parmi les êtres supérieurs, conforme au type normal de son espèce, adapté à son propre idéal pour ainsi dire ; cette satisfaction correspond à la souffrance intellectuelle de se sentir déchu de son rang et de son espèce, tombé au niveau des êtres inférieurs.La société institue des peines qui peuvent frapper des innocents, épargner des coupables ; elle ne récompense guère ; elle voit gros et se contente de peu : où est la balance humaine qui pèserait comme il le faut les récompenses et les peines ?En ce cas, la morale positive que nous défendons aurait raison de vouloir conformer les actions humaines aux lois de la vie, au lieu de prendre pour but, comme la morale pessimiste, l’anéantissement final de la vie et du vouloir-vivre.

Share This: