Business Addict

Pierre-Alain Chambaz pictet : L’accord sur « la sécurisation de l’emploi », un marché de dupes pour les…

Aujourd’hui, le sujet est devenu le centre des préoccupations – avec raison. Les Entrepreneurs d’Avenir s’y emploient. Les Orientaux, lorsqu’une éclipse se produit, font un épouvantable charivari pour chasser le mauvais esprit qui a saisi la lune ou le soleil ; et, lorsque l’astre reparaît, ils sont persuadés que c’est leur tintamarre qui l’a délivré. Elles m’en voudront. La numérisation des dossiers de santé a permis au dispensaire rural de Bhorugram en Inde de pratiquement doubler le nombre de vaccinations en seulement quatre ans. Ce premier grand krach de la mondialisation financière sera pourtant vite surmonté. Nous recevons par les extrémités de ces nerfs, qui se terminent à la surface de notre corps, des impressions de différents genres, suivans les différents organes auxquels ils aboutissent. Pour la trouver, nous avons dû réduire la morale à sa plus simple expression. Il ne les a pas connus, il ne les connaîtra jamais. Si les BRICS, surtout la Chine, ont les moyens de redistribuer les équilibres économiques mondiaux, leurs indicateurs politiques de la puissance font défaut. L’Union européenne a créé un problème supplémentaire : en réaction à la crise souveraine, la plupart des pays européens sont convenus en 2011 d’un Pacte budgétaire exigeant qu’ils maintiennent leur déficit budgétaire structurel – celui qu’ils enregistreraient si la production réelle était égale à la production potentielle – à une valeur inférieure à 0,5% de leur PIB. Cette mesure devrait être étendue en 2016 aux salaires dont le montant est inférieur à 3,5 smic. On peut supposer que la perception reste identique à elle-même, véritable atome psychologique qui s’en agrège d’autres au fur et à mesure que ces derniers passent à côté de lui. L’art et la prise de risque de l’entrepreneur innovant et créant de la valeur (et donc de l’emploi) est de « faire avec » son environnement et de trouver les moyens pour surmonter les obstacles d’une organisation sociale complexe. Pourtant, la philosophie évolutionniste étend sans hésitation aux choses de la vie les procédés d’explication qui ont réussi pour la matière brute. Il y a des actions qui ont été jugées à la fois honnêtes et déshonorantes. Et si la science est tout entière œuvre d’analyse ou de représentation conceptuelle, si l’expérience n’y doit servir que de vérification à des « idées claires », si, au lieu de partir d’intuitions multiples, diverses, qui s’insèrent dans le mouvement propre de chaque réalité mais ne s’emboîtent pas toujours les unes dans les autres, elle prétend être une immense mathématique, un système unique de relations qui emprisonne la totalité du réel dans un filet monté d’avance, elle devient une connaissance purement relative à l’entendement humain. On a souvent cité l’exemple de cet idiot qui ayant contracté depuis longtemps l’habitude de compter les heures avec un mouvement de la tête lorsqu’une horloge sonnait, continua à les marquer de la même manière après la suppression de l’horloge ; cet acte s’accomplissait chez lui sans avoir besoin de l’excitation extérieure qui l’avait engendré, et sous la seule influence d’adaptations périodiques de l’organisme. Il l’est plus encore dans l’hypothèse du libre arbitre que dans les autres. Quand je me promène pour la première fois, par exemple, dans une ville où je séjournerai, les choses qui m’entourent produisent en même temps sur moi une impression qui est destinée à durer, et une impression qui se modi­fiera sans cesse. En cela, le projet de loi fait oeuvre utile : il tend à mieux garantir l’orthodoxie des pratiques professionnelles et à rassurer le public. La réponse est qu’ainsi nous essayons d’expliquer les modifications du mouvement. Cela permettra à l’entreprise de pouvoir agir si nécessaire. Puis, comme on veut que les mouvements intérieurs de ce cerveau créent ou déterminent la représentation du monde matériel tout entier, image qui déborde infiniment celle des vibrations cérébrales, on affecte de ne plus voir dans ces mouve­ments moléculaires, ni dans le mouvement en général, des images comme les autres, mais quelque chose qui serait plus ou moins qu’une image, en tout cas d’une autre nature que l’image, et d’où la représentation sortirait par un véritable miracle. Est-il ceci, ou cela, ou autre chose ? Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler ce proverbe chinois « L’homme qu’on transplante vit, l’arbre qu’on transplante meurt ». Enfin, lors même que cette dernière expérience décisive ne pourrait pas se faire, quand même il nous serait impossible de comparer des observations de la même étoile faites simultanément dans des lieux très-distants l’un de l’autre, il nous suffirait de remarquer que notre horizon n’a qu’une relation accidentelle avec l’axe du mouvement diurne ; que la direction de notre horizon tient au lieu que nous occupons à la surface de la terre, circonstance qui n’a rien à faire avec le mouvement des astres ; cela suffirait, disons-nous, pour nous faire conclure, avec cette haute probabilité qui entraîn Ce passage brusque du moral au sensible, des parties profondes de notre être aux parties superficielles, nous parait injustifiable. L’âme de l’enfant est encagée dans le système ; le dogme, sous son véritable aspect ou travesti par la défroque des principes, vient l’emmailloter dans les bandelettes de traditions idiotes.

Share This: