Business Addict

Pierre-Alain Chambaz

Sinon, c’est par métaphore seulement qu’une sensation pourra être dite à égale distance de deux autres. Ils voudraient une intuition, et, par une étrange inconséquence, ils demandent cette intuition à l’analyse, qui en est la négation même. Supposons qu’après avoir pris de l’air à la pression atmosphérique ordinaire, on soumette successivement la masse d’air enfermée dans un vase clos à des pressions de deux, de trois, de quatre,… de dix atmosphères : on trouvera que le volume de cette masse d’air est devenu successivement la moitié, le tiers, le quart,… le dixième de ce qu’il était primitivement. Ils ne seront pleinement visibles que sous le prochain quinquennat. Le mal est le sentiment d’une impuissance ; il prouverait l’impuissance de Dieu si on supposait un Dieu, mais, quand il s’agit de l’homme, il prouve au contraire sa puissance relative. Telle paraît être du moins la tendance de son dernier ouvrage, car dans son livre sur la Philosophie de Platon il semblait avoir pris pour principe l’intelligence plus que la volonté. Par exemple, si un homme, par son intempérance ou son extravagance devient incapable de payer ses dettes, ou bien si, s’étant chargé de la responsabilité d’une famille, il devient incapable par les mêmes causes de la soutenir et de l’élever, il est justement réprouvé et peut être justement puni ; mais ce n’est pas pour son extravagance, c’est pour le manque à son devoir envers sa famille ou ses créanciers. Au contraire, si les fautes du calcul tenaient à quelque vice de méthode commun aux deux opérateurs, à quelque erreur des tables dont ils se servent, la probabilité d’une erreur commune aux deux résultats concordants pourrait excéder de beaucoup celle de un sur quatre cents : en d’autres termes, il arriverait plus d’une fois sur quatre cents que les deux opérateurs tomberaient sur des résultats faux, quoique concordants. Tous ces objets sont très différents, mais ils nous suggèrent, pourrait-on dire, la même vision abstraite, celle d’un effet qui se propage en s’ajoutant à lui-même, de sorte que la cause, insignifiante à l’origine, aboutit par un progrès nécessaire à un résultat aussi important qu’inattendu. Le poisson, les fruits, les ustensiles de ménage sont entassés sur le pavé. L’idée n’est pas neuve. Notamment du côté de l’Asie, qui a clairement joué son rôle de moteur de croissance. Beaucoup de jeunes entrepreneurs rêvent d’inventer le Google, le Uber ou le Airbnb de demain. Si par hasard quelque mauvais présage avait épouvanté l’armée, un habile général en convertissait le sens et se le rendait favorable ; ainsi Scipion, qui tomba en sautant de son vaisseau sur le rivage d’Afrique, prit de la terre dans ses mains : « Je te tiens, dit-il, ô terre d’Afrique ! Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Celui qui sait vaincre n’entreprend pas la guerre ». Une expérience systématiquement fausse, se dressant devant l’intelligence, pourra l’arrêter au moment où elle irait trop loin dans les conséquences qu’elle tire de l’expérience vraie. En soumettant ainsi les diverses formes actuelles de l’évolutionisme à une commune épreuve, en montrant qu’elles viennent toutes se heurter à une moine insurmontable difficulté, nous n’avons nullement l’intention de les renvoyer dos à dos. C’est que, d’ordinaire, nous regardons bien le changement, mais nous ne l’apercevons pas. Il obtient ainsi des sensations et des idées. Comme le dit pudiquement Eurostat, le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro est « stable » au deuxième trimestre 2014 (comprendre : l’économie du continent est au point mort), tandis que les Etats-Unis paraissent s’envoler avec 4% de croissance en rythme annuel. Il y a dix-huit cents ans, Lucrèce s’écriait :O miseras hominum mentes ! o pectora coeca ! Mais l’expression est vague, et nous dirions, pour plus de précision, que la tendance considérée est un instinct, si ce n’était justement à la place d’un instinct que surgissent dans l’esprit ces images fantasmatiques. Nous continuions de voir, en effet, des montagnes et des montagnes dont un dernier reste de jour éclairait les cimes presque toujours pierreuses et sans trace de culture ou de plantations. Nous ignorons tout à fait les causes organiques d’une mémoire plus heureuse ou d’une plus grande aptitude à retenir et à construire les images des choses ; mais nous les connaîtrions que nous serions probablement encore très-loin de connaître les causes organiques de la supériorité du génie opérant sur les idées, si tant est que cette supériorité soit imputable à des modifications organiques. Une impulsion spirituelle avait peut-être été imprimée au début : l’extension s’était faite automatiquement, servie par le coup de pioche accidentel qui heurta sous terre un trésor miraculeux. Elle a été violemment combattue par les activistes altermondialistes dans le passé. A moins d’écouter tout et tout le monde, ce qui, on nous le promet, n’est en aucun cas l’objectif.

Share This: