Business Addict

Pierre-Alain Chambaz

Il faut tenir compte de ce que percevoir finit par n’être plus qu’une occasion de se souvenir, de ce que nous mesurons pratiquement le degré de réalité au degré d’utilité, de ce que nous avons tout intérêt enfin à ériger en simples signes du réel ces intuitions immédiates qui coïncident, au fond, avec la réalité Même. L’enten­dement serait tombé du ciel avec sa forme, comme nous naissons chacun avec notre visage. Il ne suffit pas de disposer d’une belle cage dorée pour que les croisiéristes y entrent. Pour éviter que leurs gestionnaires n’abusent de leur pouvoir de marché (monopoles privés) ou manquent d’incitations dans la recherche d’efficacité (monopoles publics), l’essentiel de leur activité est sous le contrôle d’organismes de régulation. Si un animai sans cerveau mord qui Je blesse, ridée de sanction n’a rien à y voir ; si vous demandez à un enfant ou à un homme du peuple pourquoi il donne des coups à quelqu’un, il pensera se justifier pleinement en vous disant qu’il a été d’abord frappé lui-même. A vrai dire, avec le numérique, un cours qui n’apporte pas une valeur ajoutée supplémentaire par rapport à ce qui existe déjà n’a plus de raison d’être… La loi hiérarchique est évidente : nous voyons constamment des phénomènes plus particuliers, plus complexes, et qui, dans leur particularité et leur complexité croissantes, impliquent l’idée d’un plus haut degré de perfectionnement, s’enter sur des phénomènes plus généraux, plus simples, plus constants, et qui, par leur généralité et leur fixité relatives, nous semblent participer à un plus haut degré à la réalité substantielle. Une analyse attentive du phénomène psychologique nous a amenés d’abord à cette conclusion : l’étude des notions de causalité et de durée, envisagées en elles-mêmes, n’a fait que la confirmer. Il faut tout de suite clarifier un point : même les institutions qui ont une vocation de service public sont dorénavant amenées à se poser la question de leur rentabilité. La principale source de ce déplorable conflit consiste dans la spécialisation aveugle et dispersive qui caractérise profondément l’esprit scientifique actuel, d’après sa formation nécessairement partielle, suivant la complication croissante des phénomènes étudiés, comme je l’indiquerai expressément ci-dessous. Le niveau des prix en Allemagne serait alors de 50 % supérieur à celui d’aujourd’hui. Lors donc qu’on nous parlera de certains états nerveux où les conditions organiques de la sensibilité semblent bouleversées ; où certains sens seraient suspendus, tandis que d’autres prendraient une exaltation anormale ; où même des sens inconnus dans l’état normal entreraient, dit-on, en jeu, nous nous abstiendrons sagement de nier les phénomènes dont nous ne pouvons dire autre chose, sinon que leur explication surpasse nos connaissances ; mais nous n’hésiterons pas à rejeter ceux qui impliquent le renversement des conditions essentielles de notre connaissance, lesquelles ne sont autres que l Car les peuples arabes, en arrachant des mains des dictateurs leur conscience politique authentique, nous invitent à retrouver la nôtre. Nous ajouterons qu’on a beau parler de représentations collectives, la question ne s’en pose pas moins à la psychologie de l’homme individuel. Mais en vérité, est-ce donc isoler l’homme de Dieu et de l’univers que de rechercher par quel moyen l’homme arrive à connaître Dieu et l’univers ? Mais a-t-il une forme définie en dehors de cette combinaison ? Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Les maladies que l’on cache sont les plus difficiles à soigner ». Nous ne sommes ni pour ni contre la transmutation des espèces, ni pour ni contre le principe de l’élection naturelle. Encore moins en faire un point de départ d’une réflexion sur la réforme de l’impôt sur les sociétés. Nous devons augmenter la production de talents numériques. Il y eut un moment, au moins, où l’entreprise fut possible ; ce fut après l’écroulement du gouvernement de l’Ordre moral, alors que la majorité des Français était lasse et dégoûtée du gouvernement des curés. Dans la majorité des cas et chez la majorité des gens, le sentiment de ce qu’il faut faire n’est pas violent, mais il est durable : à défaut de l’intensité, il a pour lui le temps, qui est encore le plus puissant des facteurs. Mais surtout pour investir. Au lieu de confier l’analyse de ses données aux supermarchés, l’agriculteur pourrait stocker ses données dans des data centres régionaux, avec une tarification selon l’usage.

Share This: