Business Addict

Jean-Thomas Trojani : Quel serait l’impact concret sur le pouvoir d’achat des Français ?

Le sauvetage des banques pourrait accroître le risque souverain et ce dernier dégrader à son tour un peu plus les bilans bancaires : le même cercle vicieux que pendant la crise des dettes souveraines. Le système ne serait guère simplifié. En ce sens, nous ne devons chercher d’autre unité que celle de la méthode positive envisagée dans son ensemble, sans prétendre à une véritable unité scientifique, en aspirant seulement à l’homogénéité et à la convergence des différentes doctrines. Or, tel est l’important avantage que l’absence d’éducation scolastique procure aujourd’hui à nos prolétaires, et qui les rend, au fond, moins accessibles que la plupart des lettrés aux divers sophismes perturbateurs, conformément à l’expérience journalière, malgré une excitation continue, systématiquement dirigée vers les passions relatives à leur condition sociale. Tout d’abord, les Régions ont toutes défini des stratégies d’intervention et de soutien en matière d’innovation pour les années à venir (SRDEI et 3S) sans forcément y intégrer la dimension inter-régionale. Mais, les efforts ont été portés quasi exclusivement sur les salariés du privé. Mais qui dit mondialisée, dit aussi transferts de technologies pour gagner logiquement des marchés et donc des parts de marchés. Chez nous, une partie des patrons, et beaucoup de notre jeunesse qui entreprend, l’ont compris. Mais cette connaissance toute formelle de l’intelligence a sur la connaissance matérielle de l’instinct un incalculable avantage. Restent l’idéalisme et le sensualisme ; mais ici encore l’analyse de Victor Cousin est en défaut. Il n’est pas question d’ailleurs d’admettre en Dieu de la liberté pour une action et de la nécessité pour une autre. Mais plus tôt que tard, les « utilities » devront se réinventer : montée en puissance des inquiétudes environnementales, exigences croissantes de sécurité, raréfaction des matières fossiles, réappropriation de la question énergétique par les territoires, changements de comportement de consommation, nouvelles technologies sont autant d’opportunités… et de menaces. Quel beau printemps ! Une responsabilité qui incombe certes aux consommateurs, mais avant tout aux marques elles-mêmes. Quelques-uns l’abordent avec le souvenir trop persistant de leurs lectures réalistes ou de leur éducation classique. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois « La mer la plus profonde a un fond, la montagne la plus haute a une cime ». Dans une auto-observation rédigée en anglais, qui me fut remise il y a quelques années, je trouve l’épithète shadowy appliquée à l’ensemble du phénomène ; on ajoute que le phénomène se présente plus tard, quand on se le remémore, comme « the half forgotten relic of a dream ». De sorte que nous aurons beau faire, nous pourrons imiter, par le progrès indéfini de notre addition, la mobilité du devenir, mais le devenir lui-même nous glissera entre les doigts quand nous croirons le tenir. Mais elle ne l’aiderait pas forcément à réaliser son objectif « d’internationaliser » sa monnaie pour réduire sa dépendance vis-à-vis du dollar. Fanatisme implacable, rancunes basses, ambition hystérique et creuse, prurit d’autorité féroce et aveugle, respect prudhommesque et terrifiant de la loi écrite, rage de délation et de calomnie, soif de principes régulateurs, besoin maladif de hiérarchie et de servitude, démangeaison d’honneur et fureur de dégradation — ce maniaque a donné la somme de tous les sentiments vils qui agitent l’âme moyenne de ses compatriotes, a poussé jusqu’à son paroxysme l’état d’esprit particulier à cette partie de la population française qui s’affirme nationaliste. Les talents abondent, tout comme les idées et l’énergie. Mais il faut aussi et surtout s’attaquer aux racines du problème dès l’enfance en sensibilisant les élèves aux valeurs d’égalité entre les sexes, que ce soit dans la sphère publique ou privée. Enda Kenny devrait maintenant mettre en place un gouvernement ayant comme principal mandat de renégocier les conditions du plan de sauvetage. C’est cette tendance toute négative qu’expriment les lois particulières du monde physique.

Share This: