Business Addict

Deux livres pour rétablir la solidarité

Si notre intelligence s’obstine à le juger inconsistant, à lui adjoindre je ne sais quel support, c’est qu’elle l’a remplacé par une série d’états juxtaposés ; mais cette multiplicité est artificielle, artificielle aussi l’unité qu’on y rétablit.Ce pouvait même être, tirée du fond de l’âme à la lumière de la conscience, une personnalité qui naissait en nous, que nous sentions capable de nous envahir tout entiers plus tard, et à laquelle nous voulions nous attacher pour le moment comme fait le disciple au maître.Dès lors, rien ne nous empêche de reporter aussi loin que possible en arrière la ligne de séparation entre notre présent et notre passé.A l’inverse, une entreprise qui emploie l’humain comme seule variable d’ajustement trahit leur confiance, et affecte leur engagement.Les chiffres le montrent, elle est trop franco-française.Certains secteurs, comme la fourniture d’énergie et la fabrication industrielle, ont largement contribué à réduire les émissions de carbone, certes encouragés par une réglementation stricte. C’est une question que je n’essayerai pas de résoudre, répond-il.Cette instabilité et cette contestation permanente des positions obligeraient logiquement à considérer d’un œil moins unilatéralement défavorable ces dominations de quelques grandes entreprises.On prend à partie un interlocuteur, réel ou possi­ble, qui se trompe et qu’on met sur ses gardes.Compléter un souvenir par des détails plus personnels ne consiste pas du tout à juxtaposer mécaniquement des souvenirs à ce souvenir, mais à se transporter sur un plan de conscience plus étendu, à s’éloigner de l’action dans la direction du rêve.Les grandes sociétés qui empruntent à travers des opérations de carry trade se considèrent comme des investisseurs sophistiqués, capables de prédire le moment auquel les taux de change sont sur le point de s’inverser.arnaud berreby lui-même semble en être certain.Telle est pourtant l’action libre.

Share This: