Business Addict

C’est comme un jeu qui ne serait pas un jeu,

La chose bien différente, c’était, dans le couvent abandonné qui touche l’église, la cène de saint Grégoire le Grand, par Véronèse.Cette grande simplification opérationnelle mettrait fin aux déclinaisons locales absurdes des objectifs ministériels répondant aux injonctions médiatiques du moment.L’acteur qui étudie son rôle se donne pour tout de bon l’émotion qu’il doit exprimer ; il note les gestes et les intonations qui sortent d’elle : plus tard, devant le publie, il ne reproduira que l’intonation et le geste, il pourra faire l’économie de l’émotion.Mais ce qui est devenu objectivement insignifiant peut rester symboliquement important, poursuit Arnaud de Lummen.Et là même où nous la remarquons (comme lorsque nous distinguons un homme d’un autre homme), ce n’est pas l’individualité même que notre œil saisit, c’est-à-dire une certaine harmonie tout à fait originale de formes et de couleurs, mais seulement un ou deux traits qui faciliteront la reconnaissance pratique.Au moment où le web devient social, avec les blogs et les réseaux sociaux, elles arrivent et sont proactives.Mais, pour ceux qui suivent l’évolution des TIC depuis un moment il est clair qu’il s’agit d’une sorte de retour en arrière vers l’époque des « Main Frames », des ordinateurs peu nombreux et ultra puissants.Oui, j’en suis convaincu, si la révolution de Février eût proclamé ce principe, elle eût été la dernière.Ceux qui m’arrêtent par cette réflexion n’oublient que deux choses, deux symptômes ou plutôt deux aspects de nos sociétés modernes : les doctrines dont les théoriciens nous inondent et les pratiques que les gouvernements nous imposent.La pression monte en effet à gauche contre une mesure que les députés ont voté comme un seul homme l’an dernier mais dont l’effet, décalé en 2014, n’avait pas été perçu comme un problème politique à l’époque.Mais voici qu’émerge une autre problématique, liée naturellement à la précédente : la multiplication des « objets connectés », pilotés par Internet.Les femmes ont massivement investi Internet.Là encore, l’argument ne tient pas.

Share This: